Depuis qu’elle présente Affaire conclue, Sophie Davant passe souvent du rire aux larmes. Et ce nouvel épisode va nous le prouver !

Sophie Davant plus complice que jamais avec Patricia

Une belle amitié est née !

Lorsque ces deux-là sont ensemble, elles rigolent bien. Et pourtant, l’ambiance n’est pas toujours au bon fixe sur le plateau d’Affaire conclue. À cause du coronavirus, la production a instauré un véritable règlement sanitaire. Tout le monde doit s’y plier sous peine de se faire réprimander. Chez les brocanteurs, on doit payer uniquement par virement. Pour les vendeurs, on doit faire confiance tout en se laissant pas manipuler par des prix trop bas. Il faut dire que question enchères, chacun y va de sa méthode ! Pour Sophie Davant, c’est compliqué de faire l’arbitre. Heureusement que son amie Patricia est là pour l’aider à estimer les objets.

Ce jour-là, l’objet qu’on leur apporte est peu commun. Après tout, nous trouve que c’est tant mieux car cela veut dire qu’il aura plus de succès auprès de Julien Cohen et ses petits camarades. Deux coupes, une horloge et une panthère. Il n’en faut pas plus à Sophie Davant et à Patricia pour visualiser l’univers de l’animal blessé. “Il y a des Indiens qui ont dû passer par là ! Parce que, vraiment, la flèche…” Si au début, l’histoire semble triste, elles vont réussir à redonner le sourire au téléspectateur et surtout à la vendeuse.

Une imagination débordante

Sûre d’elle, Sophie Davant s’exclame “Non non non ! Il y a des chasseurs de lions à l’arc ! C’est une tradition ancestrale ! On chasse à l’arc, pieds nus !” Il n’en faut plus à Patricia pour enchérir. Dès lors, elle va nous dessiner le portrait de l’indien parfait. Footix a l’impression qu’elle vit un rêve éveillé “Aaahh… Avec un petit pagne, et de jolis muscles ? De jolis biceps..” Face à cette description de cet Appolon, l’animatrice d’Affaire conclue prend les choses en main. Elle va essayer de la ramener dans la réalité…mais à sa manière !

Sophie Davant nous a déjà prouvé qu’elle apprécie toujours de voir des silhouettes bien sculptées. Dans cet article, nous vous narrait comment elle avait fait les louages de Julien Cohen. Pourtant, l’heure n’est plus à la rigolade, il faut estimer cet objet de toutes urgences. Quant à Patricia, elle conclue en disait qu’elle suivrait ce jeune Indien au bout du monde s’il le lui demandait. Après cette jolie séquence mythique, elle finit par estimer ce bien à deux cents euros. Seulement, les experts de la brocante ont jugé qu’ils ne méritaient pas tant. Donc l’acheteuse est repartie avec cinquante euros de moins mais des souvenirs plein la tête !