Jamais le monde n’aura eu autant de divergences sur la gestion de la crise sanitaire ! On fait le point sur les différentes stratégies !

Au niveau sanitaire, l’année 2021 ressemblera-t-elle à 2020 ? Encore traumatisé par le reconfinement, tout le monde se pose la question !

Reconfinement : pourra-t-on l’éviter ?

Une crise sans précédent

Même le scénario du plus gros blockbuster américain n’aurait pu prévoir cela. En effet, depuis que l’arrivée de la Covid-19, la planète est en état de sidération. D’abord, en début d’année, l’Asie essaie tant bien que mal de contenir l’épidémie. Quand on découvre les images à la télévision, on se dit que c’est possible que genre de situation se déroule ici. Même quand les premiers cas arrivent en France, on ne se rend pas compte de l’ampleur du problème. Totalement dépassées par les événements, les autorités sanitaires peinent à mettre un consensus de protection de leurs populations.

À la mi-mars 2020, le premier épisode d’enfermement provoque une onde de choc dans tout le pays. Seuls les commerces essentiels peuvent ouvrir tandis que les autres meurent à petits feux. Quant au matériel de première nécessité, il est pris d’assaut en quelques jours. Comment est-ce possible d’être en rupture de stock de masques, de gants et même de gel ? La France a vraiment un train de retard. Même la communauté européenne sombre et n’arrive pas à trouver un ton commun.

Aux premières heures de mai, la population retrouve un semblant de liberté. Hélas, très vite, des nouvelles règles arrivent comme le port du masque obligatoire ou encore l’instauration d’un couvre-feu. L’État espère encore ne pas avoir à sortir la carte d’un reconfinement. De l’avis de tous les ministres concernés, cela achèvera le pays déjà mal au point. Or, à la fin octobre, vu l’augmentation du nombre de cas, nous se dit que le pire reste à venir. Et on n’a pas tort. Pendant un mois, les Français vivront un reconfinement. Certes, il est moins strict que le premier mais il traumatise de plus en plus de jeunes. On parle de génération sacrifiée. Bientôt, un vaccin voit le jour. Mais est-ce que suffira pour enrayer l’épidémie ? Rien n’est encore sûr car de nouveaux problèmes vont surgir et démolir les maigres avancées ou espoirs.

Un planning totalement chamboulé

2021 a seulement deux mois qu’on se pose déjà la question de l’efficacité du vaccin. D’un côté, il y a ceux qui estiment qu’il est trop tôt pour faire des campagnes massives. Après tout, on ne connaît pas les retombées sanitaires de ce nouveau genre d’approche. De l’autre, ceux qui redoutent qu’il soit déjà trop tard. L’un dans l’autre, à chaque déclaration de Jean Castex ou d’Olivier Véran, on retient notre souffle. À l’approche des vacances de février et du premier anniversaire du virus, plus que jamais, le pessimisme nous guette.

Il faut dire que les variants britanniques, sud-africain et brésilien ont fait d’importants dégâts dans le monde. Partout, la situation empire et force à prendre des décisions radicales. Un air de déjà-vu s’installe. Pourtant, contre toute attente, le gouvernement souhaite nous mettre à contribution. Si on veut que le reconfinement disparaisse des radars, il faut montre patte blanche. Autrement dit, respecter les directives sanitaires (masque, gestes barrière, couvre-feu) mais aussi s’inscrire massivement aux campagnes de vaccination. Même si la logistique de ces dernières a mis du temps à prendre ses marques, on sent une légère tendance à l’amélioration. Est-ce le début d’un nouvelle ère ?

Emmanuel Macron a-t-il gagné son pari ?

Alors que les chaines d’information en continu prévoyaient quelque chose de serré pour la fin-janvier, le porte-parole du gouvernement revient sur ses propos. A la sortie d’un conseil des Ministres, voici ce qu’il annonce à la presse ” Il existe bien un chemin pour éviter le reconfinement, ce chemin n’est pas large mais il existe, et nous aurions tort de ne pas tout mettre en oeuvre pour y parvenir ” Pour le conseil Scientifique, c’est le drame. En effet, consulté à ce sujet, une majorité de spécialistes seraient en faveur d’un épisode court mais int*ns*.

Qui croire ? Comment ne pas avoir peur des brassages de population en période de vacances scolaires ? Va-t-on pouvoir vacciner une majorité de Français d’ici le début de l’été, comme le préconisait encore il y a peu le président Macron ? Lui-même touché par la maladie ainsi que son épouse, il sait combien les effets peuvent être dévastateurs sur le moral. D’ailleurs, il y a d’autres réformes qui n’attendent pas et qu’il faut appliquer même en période de crise sanitaire. Suite au prochain épisode…