Alors que les vacances scolaires de février débutent, tout le monde est sur ses gardes. Faut-il rester ou s’évader ? Le président a tranché !

Les vacances scolaires de février en danger !

2021 sera-t-il pire que 2020 ?

Les Français ont un air de déjà-vu. En effet, chacun a en mémoire ce qu’il s’est passé l’an passé. Le premier confinement comme le second a laissé des séquelles psychologiques. D’ailleurs, les conséquences économiques se font d’ores et déjà sentir dans tous les secteurs. Tourisme, restauration et même éducation, la menace d’une troisième vague est belle et bien présente.

Partout dans le monde, la peur règne et les violences augmentent. D’ailleurs, depuis le début de la crise, la méfiance envers l’Etat français est d’ores et déjà d’actualité. D’abord, c’est la rupture et l’utilisation des masques qui pose question. Quelques mois après, lorsque l’Europe annonce qu’elle obtient des résultats pour un vaccin, la population redoute le pire. En effet, cette dernière ne sent pas prête à faire le grand saut. Du reste, nous se souvient avoir fondé tant d’espoir dans la recherche d’un traitement. Le débat autour de la chloroquine a laissé une plaie béante. Après tout, personne ne connait les effets à plus ou loin terme de cette technique médicale. Alors, bond en avant révolutionnaire ou retour en arrière ? La bataille des mots pour guérir des maux s’installe.

Le mal pire que le remède ?

Sur la Toile, deux camps s’affrontent. Ceux qui respectent les gestes barrières et le protocole sanitaire. Ceux qui rejettent en masse toutes les propositions, quitte à mettre leur santé en péril. Qui pourra et saura arrêter cette catastrophe sanitaire ? Sur la planète, elle a pris tant d’ampleur qu’elle restera tant toutes les mémoires. L’horloge tourne et il y a urgence ! Déjà dépitées par la situation, les nouvelles générations semblent en détresse absolue. Aussi, à l’approche des vacances scolaires de Février, la solution doit à la fois apaiser et soigner. Pas évident vu que les services de réanimation annoncent devoir déprogrammer des opérations non-essentielles. nous déplore l’engrenage dans lequel nous nous trouvons. A moins que…

Notre dernière chance

Ce n’est pas tant le nombre de cas qui augmente que redoute les autorités scientifiques. C’est davantage la propagation des variants qui fait craindre à un retour à la case départ. Or, l’horloge tourne et les vacances scolaires de Février sont déjà là. Dès lors, à la rédaction nous, on s’interroge sur les brassages inter régionaux. Sont-ils une bonne chose pour enrayer l’épidémie ?

Depuis fin Janvier, le président Macron a de plus en plus de mal à écouter les recommandations du conseil Scientifique. Il estime qu’il doit tout faire pour éviter de repartir dans un énième débat sur la fermeture des commerces essentiels ou pas. De plus, il a l’exemple de ce qui se passe dans d’autres pays confinés. Déjà fragilisés, les enfants comme les adolescents saturent de ne pas pouvoir étudier dans de bonnes conditions. Pourtant, le virus se balade sur les bancs de l’école. Il frappe au hasard et ne fait aucune distinction dans l’âge ou dans les antécédents médicaux. C’est pourquoi, il appelle de ses vœux à la responsabilité du peuple. Est-ce que sa stratégie va fonctionner ?

Les gouvernants attendus au tournant !

Bien qu’il soit encore trop tôt pour le dire, les Français ont pris la route des Vacances scolaires de février. Bien entendu, pas aux sports d’hiver puisque les retombées mécaniques comme les restaurants d’altitude sont fermés au public. Cependant, la bonne pratique des gestes barrières est plus que jamais recommandée. Aération des pièces, couvre-feu, port du masque, distanciation sociales, lavage des mains…autant de choses qui devraient protéger les juniors comme les seniors.

En ce qui concerne le vaccin, là encore, le président sait qu’il a du pain sur la planche pour nous convaincre. Pendant les vacances scolaires de Février, il y aura-t-il plus de place dans les centres dédiés ? Arriverons-nous à une immunité collective d’ici l’été 2021 ? nous suit l’affaire de près et espère qu’on s’en sortira tous, la tête haute !